Je suis le vent

En hommage au Mistral, à Zéphyr, au Sirocco sans oublier le Gooroondoodildaybiday, la compagnie « La langue des oiseaux » présente:

« JE SUIS LE VENT « 

Lassé de ne plus être écouté par les habitants des grandes villes, le vent décide d’emprunter un homme. A travers lui, le vent se raconte: du souffle fondateur aux « premiers hommes » (les aborigènes d’Australie), en passant par les éléments naturels et leurs innombrables interactions, pour en venir au monde moderne où l’homme vend du vent. En compagnie de Monsieur Jolisson (son compagnon musicien), le vent dévoile ses secrets. L’Hôtesse de l’air parviendra-t-elle à lui redonner espoir ?…

Depuis cinq ans ce spectacle a déjà soulevé l’enthousiasme de nombreux et différents publics. Drôle et parfois didactique, il reflète aussi les préoccupations environnementales du monde d’aujourd’hui.


FOND DE L’AIR :

Au commencement, la voix du vent qui se désespère de ne plus être écouté vraiment. Après quelques bourrasques hésitantes, il décide de s’emparer d’un homme, un passant qui se fera le « passeur »  de souffles : l’homme/vent.
Le vent, l’air en mouvement, se demande qui est-il vraiment ?
Souffle de vie ?
La respiration…
Force de mort ?
La tempête…
Et puis, la question originelle : d’où vient-il ? D’où vient le vent ????
Les mythes fondateurs indiens et esquimaux dévoilent leurs enseignements.
Survient Mr Jolisson, son compagnon musicien (et néanmoins muet), jusqu’alors dissimulé derrière un para(vent), qui l’accompagne dans sa quête.
L’homme/vent évoquent ses nombreuses relations avec les éléments naturels : sa musique dans les feuillages des arbres, la diffusion du pollen pour les plantes, son histoire d’amour avec la Rose.

 

D’OU VIENT LE VENT ?

Il y a quelques années, Philippe Guinet découvre le didgeridoo, ce fabuleux instrument (à vent) aborigène. Avec d’autres amis/joueurs, cet artiste polyvalent crée une association (afin de promouvoir la culture aborigène et la pratique du didgeridoo) au nom évocateur: « Vent du rêve ».Très naturellement, l’idée d’un projet théâtral sur le thème du vent prend forme. Le didgeridoo, véritable fil conducteur harmonique, devient la trame sonore de certaines « atmosphères » scéniques : des musiques, jouées avec cet instrument, viennent accompagner les paroles de chansons éoliennes. Il décide d’incarner le vent, un beau défi en tant que rôle de composition. Quelques recherches l’amènent à (re)découvrir certains mythes éoliens peu connus. Rapidement, la nécessité d’intégrer le vent dans l’époque actuelle se fait de plus en plus pressante. Entre humour et poésie, son écriture en vient à inventer une mythologie inscrite dans le monde moderne agressé par la pollution.

L’invisibilité étant le premier attribut du vent, il réalise la mise en scène dans cette (transparente) optique. Les ambiances sonores (mélodies éclectiques, bruitages décalés…) et d’une façon générale, les musiques du vent sont mises en avant afin de « donner à voir » différentes dimensions de cet élément.
Les éléments scénographiques sont d’ordre symboliques: un artiste plasticien, Guillaume Antoine, réalise plusieurs toiles qui figurent sur un para(vent) : silhouettes de l’homme/vent, entre abstraction et figuration.
Un autre artiste musicien, Didier Ducrocq prend une place prépondérante pour la « mise en sons » du spectacle: il interprète également Mr Jolisson (le compagnon du vent) dans le spectacle jeune public où il joue de plusieurs instruments: de nombreuses chansons (reprises souvent en chœur par les enfants) illustrent ce spectacle.

Drôle et parfois didactique,  « Je suis le vent » « œuvre » modestement pour la protection de « son » environnement : notre propre (sur)vie en dépend…


LE VENT A SOUFFLÉ…

(Quelques dates choisies)
  • Spectacle adapté spécialement pour la Cité des Sciences de la Villette ( Cité des enfants ), du 12 au 24 février 2002.
  • Festival « Tout ce qui vole » de la ville de Rosny sous Bois.
  • « Maison de l’Air », organisé en collaboration avec la Mairie de Paris.
  • Septembre 2002 à la salle François Mitterrand, à LORGUES, en collaboration avec Honorin Victoire, auteur de la « Petite encyclopédie des vents de France ».
  •  Juillet 2003 au « Jardin du Vent »  à Notre Dame De Monts.
  • Octobre 2003 au Centre Culturel Scientifique « Atlas » de Saint Ouen.
  • Octobre 2004 : Centre culturel Danglemont (mairie des Lilas).
  • Décembre 2004 : Centre Culturel Scientifique de la Rotonde à Saint Etienne.
  • Avril  2005 : Palais des Congrès de Saint Jean de Monts.
  • Mai  2005 : Mjc de Chaponost (Lyon)
  • Juin 2005 : Centre culturel scientifique « L’arche des métiers » du Cheylard (Ardèche)
  •  Juin 2006 : sélection dans le cadre du festival « Onze bouge ! » à l’ANPE du spectacle à Paris
  • Avril 2007 : Salle Saint-Exupéry à Talant
  • Décembre 2007 : La cave à théâtre à Colombes
  • Mars 2008 : Fête de l’air à Romilly Sur Seine
  • Septembre 2008 : Bouffon théâtre Paris
  • Novembre 2008 : Centre de Loisirs Maurice Ravel à Levallois
  • Mars 2009 : Ecole primaire Guillaume Apollinaire à Stains
  • Avril 2010 : Centre culturel Albert Camus à Boussy Saint Antoine
  • Mai 2010 : « La biscuiterie » (espace culturel) à Château Thierry
  • Décembre 2010 : école Montesouris (Versailles)
  • Mars 2011 : Ecole primaire à Mérignac – Gironde
  •  Mars 2011 : Bordeaux - Les dimanches de la Science – Cap Sciences
  • Juillet 2011 : Fête du vent à Epizon (Haute-Marne)

Et le vent continue de souffler ………
Télécharger le dossier du spectacle

# #