Rechercher un spectacle

Recherche Libre :
Recherche par critères :



Liste complète des compagnies Carte des compagnies

Chronique Martienne

Extraits de Presse

SCIENCES ET AVENIR. Vous êtes plongé dans une silencieuse obscurité, lorsque quelques notes s’insinuent dans la salle. Une harpe ? Sur la scène, une lumière cuivrée révèle Ylla, la martienne. Elle a la peau brune et les yeux dorés, comme tous les Martiens, et tandis que son mari pince les cordes de son instrument, elle rêve. Elle rêve d’un homme grand, aux yeux bleus et aux cheveux bruns, qui finira réellement par débarquer, avec les siens, à la conquête de la planète Rouge. Au fond du plateau défilent de vraies photos de Mars, spectaculaires et émouvantes, avec cratères, vallées, montagnes... Ces images, fournies par le Centre national d’études spatiales, sont le décor des « Chroniques martiennes » de Ray Bradbury, joliment adaptées et contées par Florence Marschal et Christophe Hatey. Les deux comédiens font parfaitement passer le message : dans cette parabole de la colonisation d’un nouveau monde, le Terrien arrive chargé de ses rêves, de ses ambitions, mais hélas ! surtout et toujours de ses immenses limites. Spectacle présenté par la compagnie l’Air du Verseau.

 

SELECTION DU READER’S DIGEST. Un aller-retour sur la « planète rouge » dans la soirée, la Compagnie L’air du Verseau se charge des excursions sur les sites les plus remarquables ( canyons couleur ocre, tornades de poussière, failles abyssales) et des rencontres avec de petits hommes aux yeux d’argent. Voilà deux ans que florence Marschal et Christophe Hatey préparaient pour les planches leur adaptation des « Chroniques martiennes » de l’auteur de science-fiction ray Bradbury. A la poésie des mots de Bradbury, il manquait un décor digne de ce monde fascinant. Une gageure tenue par les artistes ; une rencontre avec des astrophysiciens du CNES et du CNRS a permis l’accès à ces superbes images qui tissent la toile de fond du spectacle. Prochain décollage à Saint-Laurent-Nouan (Loir et Cher) , le 7 octobre 2005 dans le cadre du Festival « Amies Voix ».

 

SCIFI-UNIVERSE.COM. Les « Chroniques Martiennes » sont divisées en de nombreuses histoires indépendantes qui brossent globalement la colonisation de Mars . Bradbury, loin du « pseudo-scientifique », traite son texte par l’allégorie, l’étude de la condition humaine et les thèmes universellement forts. Tour à tour drôles et émouvantes, tragiques, magnifiquement illustrées par des images de Mars et un accompagnement sonore original, ces chroniques sont desservies par deux comédiens versatiles, qui endossent avec une aisance déconcertante une bonne dizaine de rôles. Ils vous feront redécouvrir cette oeuvre majeure, tel un conte enchanté, à la fois raconté et dansé. Votre imagination sans cesse sollicitée , vous transportera sur cette planète Mars, irréelle et rêvée, si proche et si lointaine dans une atmosphère frappante d’actualité.

 

Le spectacle a tourné en Normandie et région centre. Il a reçu le soutien du Ministère de la Défense et de la Ville de Paris.

 

Extraits de Presse

Le Figaro. Campagne normande. « Les Asperges à Rommel » de Christophe Hatey. Mise en scène de Gérard Grobman. Avec Florence Marschal et Christophe Hatey. Akteon Théâtre.

Décidément notre histoire récente fascine les gens de théâtre. On est au fin fond de la Normandie dans un petit village bien paysan, mais la France entre en guerre et, même là, tout ne sera jamais plus comme avant. Yvette et Louis sont deux jeunes agriculteurs. Ils viennent de se marier et s’aiment comme on s’aime souvent à la campagne dans les années 40, rudement, franchement. Louis part à la guerre, sans état d’âme, pour défendre son pays. Mais de guerre, comme il le dit, il n’en verra pas grand-chose. Un ou deux coups de feu et, hop, vite prisonnier en Allemagne dans un de ces camps qui, on l’a un peu oublié, n’avaient rien à voir avec un camp de concentration. Yvette, elle, fait ce qu’elle peut pour faire tourner la boutique. Mais elle a de la personnalité, la Yvette ! Elle le prouve bien, d’ailleurs, avec la manière qu’elle a de lui couper la parole, au malheureux, quand, revenu du camp, il s’efforce de raconter ce qui lui est arrivé. Ce petit spectacle est très fort. Deux jeunes comédiens, Florence Marschal et Christophe Hatey (qui est aussi l’auteur), prennent réellement le corps de ces deux personnages et nous font croire à leur réalité. Le metteur en scène Gérard Grobman est très respectueux de l’oeuvre.

 

Figaroscope - « Les Asperges à Rommel » à l’Aktéon Théâtre. France profonde. Critique : Le spectacle est vraiment très bien. Une pièce intelligente, humaniste, généreuse, servie par deux comédiens d’une grande justesse. C’est vraiment l’occasion d’entendre de simples vérités. Sur notre histoire tout en passant un moment très agréable. - Jean-Luc JEENER

 

Ouest France - ...Christophe Hatey interprète Louis, Florence Marschal est Yvette. L’action se déroule dans la cuisine, durant la préparation d’une tarte aux pommes. Une cuisine qui, au fil d’un récit ponctué d’humour, se transforme en abri antiaérien, en stalag, en train du retour... Émaillé de chansons d’époques, le destin du couple passe de la tragédie à la truculence et ancre ces faits historiques dans un quotidien qui nous les rend familiers.

 

La presse de la Manche - ...Une histoire, I’histoire dans l’Histoire, les anecdotes qui sont devenues souvenirs au fil du temps avant d’être un spectacle qui va maintenant défier le temps... Une évocation forte qui restitue le passé en lui donnant vie. La vie servie par deux comédiens plus vrais que nature. Tellement vrais qu’à certains moment le spectateur a envie de se prendre au jeu, de monter sur scène pour faire le spectacle lui aussi en amenant ses propres souvenirs ou les souvenirs des siens. Florence Marschal et Christophe Hatey sont déconcertants de vérité avec une extraordinaire présence sur scène pour camper leurs ancêtres. Cette histoire, en effet, est au départ une histoire de famille. Une histoire qu’il faut voir, qu’il ne faut pas hésiter à faire venir, de nouveau, dans les murs de notre bout de Manche et de Cotentin, car, quelque part, cette histoire, c’est l’histoire de nous tous.

 

Dernière mise à jour le 28 février 2012